Accueil

Les 19 communes du Pays d'Iroise

Cette page permet d'accéder à tous les éléments du patrimoine décrits pour les 19 communes de ce site.
De nouveaux lieux à connaître sont régulièrement mis en ligne.


Accès immédiat à l'une des communes : cliquez sur son nom

Molène Lampaul-Ploudalmézeau Landunvez Ploudalmézeau Plourin Porspoder Tréouergat Lanildut Brélès Lampaul-Plouarzel Lanrivoaré Milizac-Guipronvel Plouarzel Saint-Renan Ploumoguer Trébabu Locmaria-Plouzané Le Conquet Plougonvelin


   La Communauté de Communes du Pays d'Iroise est l'une des plus anciennes de Bretagne. Elle a été créée en 1992 par la transformation du Syndicat Intercommunal à Vocations Multiples ( SIVOM ) de St-Renan qui regroupait déjà 11 communes depuis 1989.
En 1994, la commune d'Ile-Molène y adhéra elle aussi. Puis en 1997, la dissolution du SIVOM de Ploudalmézeau entraîna l'adhésion de 8 nouvelles communes. En 2016 deux d'entre elles décidèrent de fusionner.
Au recensement de 2013, la CCPI comptait 46894 habitants sur un territoire de 317 km2, soit 148 habitants au km2.

Communes Cliquez sur un élément du patrimoine

Brélès



   Brélès, Brelez en breton, signifie "plateau où l'on rend la justice". On pense, bien entendu, aux colonnes de justice proches du château de Kergroadez, mais l'appellation du bourg est beaucoup plus ancienne et pourrait, selon Fréminville, se rapporter à une motte féodale aujourd'hui disparue, du nom de Castel-Mériadec, au bord de l'Aber Ildut. Trève de Plourin sous l'Ancien Régime, Brélès est devenue commune à la Révolution.
Connue pour ses maisons anciennes, ses châteaux et ses manoirs ainsi que l'arc triomphal donnant accès à son église, Brélès a su y ajouter la modernité sous la forme d'une statue de granite, la Dame de Brélès, ainsi que l'organisation d'une grande Noce Bretonne chaque année le 15 août.
   Aujourd'hui, sur ses 14 km2, c'est une commune agricole de 885 habitants qui se tourne de plus en plus vers le tourisme et la mise en valeur de son riche patrimoine.





Le manoir de Bel Air
Le château de Kergroadez (lien)
L'herbe de la pampa

Ile-Molène



Connue depuis la Préhistoire, cette île voisine d'Ouessant tire vraisemblablement son nom du breton moul-enez, l'ile en forme de colline arrondie ( moul=meule ). Ancienne dépendance de l'abbaye de St-Mathieu, elle a toujours vécu de la mer grâce à son petit port de pêche bien abrité et à ses marins de commerce qui ont navigué sur toutes les mers du monde. Lors du naufrage d'un paquebot anglais en 1896 dans le courant du Fromveur, ses habitants ont porté secours aux rescapés et mérité la reconnaissance de l'Angleterre pour les soins qu'ils ont apportés aux nombreux corps échoués sur leur côte. Sachant leur pénurie en eau douce, la reine Victoria leur a offert une citerne alimentée par un impluvium.
Les Molénais étaient 151 en 2014 sur une île de 0,75 km2.







Le musée du Drummond Castle à Molène
La précieuse eau de Molène
L'église Saint-Ronan ( lien )
La criste marine
Le grand dauphin de la mer d'Iroise
Les algues de la mer d'Iroise
Les phoques gris de la mer d'Iroise

Lampaul-Plouarzel



Lampaul-Plouarzel doit son nom à saint Paul-Aurélien, un moine du Pays de Galles devenu plus tard évêque du Léon, qui aurait débarqué sur ses côtes au VIe siècle et fondé un monastère détruit depuis par les Vikings.  Grâce à son port bien abrité naturellement, Lampaul-Plouarzel a toujours utilisé des gabarres pour effectuer un commerce de cabotage. C'est de nos jours une commune de 2100 habitants, la plus dense du Pays d'Iroise avec une étendue de 4 km2 seulement.

La table d'orientation de Porspaul
Les fours à goémon du littoral
La chapelle Saint Egarec

Lampaul-Ploudalmézeau


Commune littorale pourvue d'un port naturel, Lampaul-Plouarzel a vu passer dès l'Antiquité des navires méditerranéens. On trouva en 1959 une monnaie d'or massaliote du IVe siècle avant JC parmi les algues de son rivage. Elle pourrait provenir de l'expédition de Pythéas. Comme Lampaul-Plouarzel ci-dessus et Lampaul à Ouessant, la commune doit son nom au moine St Paul-Aurélien qui aurait édifié au VIe siècle un monastère à l'emplacement de l'église actuelle. Trève de Ploudalmézeau, le territoire est devenu paroisse à part entière au moyen âge. Essentiellement agriculteurs, les Lampolais étaient 827 en 2014 sur une superficie de 6 km2.


Le dolmen du Ribl
La stèle gauloise de Croas Men
L'église Saint-Pol Aurélien
L'oyat, fixateur des dunes
Les algues du bas de l'estran

Landunvez



  Commune essentiellement agricole, Landunvez  comptait 1487 habitants en 2014 pour une superficie de 13,5 km2.
Bien que son activité principale soit tournée vers l'élevage bovin et porcin, la commune possède un vieux château et un littoral magnifique, véritable joyau du Pays d'Iroise, que connaissent bien les randonneurs ainsi que les amateurs de sports nautiques. Les jours de tempête, les curieux qui aiment les sensations fortes affluent au spectacle d'une côte sauvage assaillie par les lames. Chaque été, des balades commentées, une fête de la mer ainsi que des concerts sont organisés pour un public toujours plus attaché à son charme.

A Landunvez, l'association qui défend votre patrimoine est
"SOS Trémazan".
Découvrez son site internet.

Les sentinelles de la côte sauvage
Le dolmen de St-Gonvel
Le grand menhir de St-Gonvarc'h
La fontaine Sainte-Haude
Le viaduc de Kersaint
Le château fort de Trémazan
La chapelle de Kersaint
La chapelle Saint-Samson
La route touristique
La maison des chanoines
La presqu'île du Vivier
L'ancien sémaphore de Kerhoazoc

Lanildut


Bénéficiant d'un port-estuaire bien abrité, Lanildut a toujours été tourné vers la mer. Son nom provient de celui de St Ildut, qui, au Ve siècle, aurait fondé un ermitage proche du rivage. Beaucoup de petits armateurs, ou maîtres de barques, ont fait édifier leur belle demeure dans la paroisse. Très actif, le port de Lanildut s'est spécialisé dans la cueillette du goémon près de l'archipel de Molène. Il est ainsi devenu le 1er port goémonier d'Europe et approvisionne plusieurs usines produisant des gélifiants destinés à l'alimentation ou à la cosmétique. En 2014, la commune comptait 946 habitants sur ses 5,8 km2.

Le cadran solaire de l'église
La batterie côtière
Le belvédère de l'Aber-Ildut
Les algues laminaires

Lanrivoaré


"Eeum ha kalonek" = Droit et courageux

  Siège de la Communauté de Communes du Pays d'Iroise, autrefois simple trève de Plourin, Lanrivoaré, qui s'étend sur 15 km2, est une commune agricole de 1453 habitants, proche de St-Renan. C'est là que la légende place le martyr des 7777 saints au Vesiècle. Lan Rivoaré ( le monastère de Rivoaré ) vient du nom d'un ermite dont la vie pourrait être liée à cette légende mémorisant sans doute un massacre plus tardif de la population au cours de l'incursion viking de 919.


Le cadran solaire de l'église
Le cimetière des Saints
L'ermitage de Saint Hervé
La stèle gravée du Cimetière des Saints

Le Conquet



  Déjà au moyen âge, on ne disait pas le bourg mais la ville du Conquet. Occupé depuis la préhistoire, ce port du bout du monde fut un abri sur les routes maritimes et un nid d'armateurs de barques de commerce. Les Normands puis les Anglais l'ont plusieurs fois dévasté. Dans les terres, le village de Lochrist témoigne encore du temps où, simple trève de la paroise de Plougonvelin, le centre historique du Conquet était situé à l'écart de la mer. La démographie ayant évolué, l'église de Lochrist fut démontée pierre par pierre en 1856 pour être transférée à son emplacement actuel. Aujourd'hui c'est bien une petite ville active de 2681 habitants en 2014. Active à cause de son joli port de pêche essentiellement tourné vers les crustacés : tourteaux, homards et langoustes. Mais aussi à cause des touristes : les anciennes maisons de maîtres de barques, la ria peuplée d'oiseaux, l'embarcadère pour Molène et Ouessant, le Parc naturel marin d'Iroise, la longue plage des Blancs Sablons, les magnifiques sentiers côtiers, sont là pour les attirer. La commune, qui possède la presqu'île de Kermorvan et huit îles de l'archipel de Molène, s'étend aujourd'hui sur 8,5 km2

Au Conquet, l'association qui défend votre patrimoine est
"ASPECT".
Découvrez son site internet.


Les derniers menhirs de Kermorvan
La ria du Conquet
Les oiseaux de la ria
L'exposition sur la mer d'Iroise
Les lavoirs du Conquet
La maison du Lion d'Or
La maison des Seigneurs
Le feu de Lochrist
La maison des Anglais
L'église Sainte-Croix
La chapelle Dom Michel
La chapelle Saint-Michel
La guérite du Bilou
La flore invasive
L'ail triquètre
La flore à protéger
La promenade Jean Hobé
La grotte de Portez
La pointe de Kermorvan

Locmaria-Plouzané



Cette ancienne trève de Plouzané connaît une occupation humaine depuis la Préhistoire ainsi que le prouve l'ancien alignement de Kereven. De nombreuses stèles gauloises christianisées montrent que cette occupation a perduré. Devenue commune à la Révolution, son ancienne appellation de Locmaria-Lanvénec a été modifiée, mais ses 4923 habitants portent toujours le nom de Lanvénecois. C'est à partir de son rivage que fut lancé en 1869 le premier câble transatlantique français. Proche de Brest, cette commune de 23 km2 est toujours essentiellement agricole mais s'urbanise et s'industrialise rapidement

A Locmaria-Plouzané, l'association qui défend votre patrimoine est
"LOCMARIA-PATRIMOINE".
Découvrez son site internet.

L'alignement démantelé de Kereven
La jolie stèle de Goulven
Les sentinelles de la place de la Mairie
La grande stèle de Croas-Teo
Les stèles de La Madeleine
Les stèles de la Croix Normands
La crique de Déolen
Le moulin à vent de Ru Vras
Le poste de garde de Ru Vras
Les algues du haut de l'estran

Milizac-Guipronvel

Milizac


 "War zao atao" = Toujours debout
Guipronvel


"Gwelloc'h, gwella" = De bien en mieux



 Milizac fut et est encore essentiellement tournée vers l'agriculture. Son vaste territoire de 33 km2 est principalement dédié à l'élevage bovin et porcin ainsi qu'à la culture de la pomme de terre. La commune fut autrefois le siège de plusieurs chatellenies parmi lesquelles subsiste encore le manoir du Curru. On y compte aussi plusieurs moulins à eau et trois colombiers. Avec ses
3515 habitants, Milizac, qui a subi d'importantes destructions à la Libération, est actuellement en pleine phase d'urbanisation grâce à sa proximité de Brest. Elle a décidé en 2016 de fusionner avec sa voisine Guipronvel.

Guipronvel fut une commune agricole qui tirait son nom de celui de Saint Ronvel dont l'ermitage, remontant au VIe siècle, aurait été situé dans le bois de Coat-Douen. D'abord centre d'une grande circonscription religieuse englobant autrefois six paroisses, Guipronvel est devenue une simple trève de la paroisse de Milizac, sa voisine, puis autonome depuis la Révolution jusqu'à 2017.
Elle comptait 787 habitants en 2014 sur ses 8,4 km2.
Dotée d'un excellent site internet, à la fois très documenté et très professionnel. Son patrimoine, laborieusement recensé par Jean Lescop, natif de Guipronvel, y est décrit en détail et illustré de nombreuses photos. C'est donc à ce site que nous renvoyons les internautes : il serait non seulement absurde de faire double emploi, mais difficile de faire mieux.



La stèle gauloise du bourg de Milizac
Le cadran solaire de l'église

L'église et l'enclos paroissial de Guipronvel (lien)

Les calvaires et les croix (lien)
Les oratoires (lien)
Les châteaux, manoirs et terres nobles (lien)
Les moulins (lien)

Plouarzel


"War vor ha war zouar" = Sur mer et sur terre
La plus vaste commune du Pays d'Iroise, avec ses 43 km2, s'enorgueillit de posséder sur son territoire le plus haut menhir d'Europe, prouvant ainsi l'ancienneté de son occupation humaine. Le nom de Plouarzel vient de celui de St Armel, moine gallois venu fonder la paroisse au VIe siècle. A la fin du moyen âge, Hervé de Porsmoguer, brillant capitaine originaire de Plouarzel, et dont la devise est devenue celle de la commune, s'illustra devant la pointe St-Mathieu dans une bataille navale contre les Anglais. Il sacrifia en effet son vaisseau tout neuf et tout son équipage afin de couler le navire amiral adverse.
Connaissant un brillant essor grâce à la culture du blé et du lin, Plouarzel ne dédaigne pas non plus, à partir du milieu du XIXe siècle, la récolte du goémon qui était brûlé sur la côte pour fournir des pains de soude aux usines du littoral.
Aujourd'hui c'est une commune agricole de 3701 habitants qui abrite à la pointe de Corsen le CROSS surveillant et sauvegardant la circulation navale très intense depuis le Cotentin jusqu'à la pointe de Penmarc'h.

A Plouarzel, l'association qui défend votre patrimoine est
"TRE-ARZH".
Découvrez son site internet.


Le menhir géant de Kerloas
Le phare de Trézien
La pointe de Corsen
La carrière de Kerglonou
Le colombier de Lanhalla
Le rouissoir de Lanhalla
L'église Saint-Arzel
L'église Notre Dame de Trézien
La chapelle Saint-Eloi
La belle stèle du cimetière
Les stèles de la route du golf

Ploudalmézeau



C'est une agglomération bipolaire, de 23 km2, avec un centre de plus de 4000 habitants à la campagne et un littoral, Portsall ( = le port du château de Trémazan ), de 2000 riverains, éloigné de quatre kilomètres. Mais au total, seconde commune de la CCPI avec ses 6307 âmes, Ploudalmézeau, en breton Gwitalmeze ( = bourg franc ), a été peuplée très tôt puisque ses mégalithes sont vieux de 6000 ans. Enorme paroisse englobant à l'origine quatre autres communes, elle a transféré son église à l'emplacement actuel au moyen âge. Elle fut ensuite démembrée et son maire fut guillotiné à la Révolution pour connivence avec l'ennemi. La commune fut durement touchée en 1978 par l'échouage du pétrolier Amoco Cadiz devant Portsall, mais combattit avec ardeur la gigantesque pollution qui s'ensuivit. Son maire, Alphonse Arzel, prit alors la tête d'une coalition de communes plaignantes et réussit enfin à faire condamner le pollueur 14 ans plus tard par les tribunaux américains.

Le tumulus de l'île Carn
Les mégalithes du Guilliguy
La stèle gauloise du centre ville
La stèle de la place du Général de Gaulle
La stèle hémisphérique de Sandrioné
La belle stèle de Stang-an-Heol
Le parc du Moulin Neuf

Plougonvelin



Cette station balnéaire de 18 km2 compte aujourd'hui 4015 habitants. Sa situation entre la pointe St-Mathieu et le goulet de Brest lui a toujours donné une importance stratégique et des traces d'occupation humaine remontent au mésolithique. Une voie romaine devait joindre Carhaix ( Vorgium ) à St-Mathieu (Gesocribate ? ). La lutte contre l'Angleterre a entraîné au XVIesiècle plusieurs combats navals sanglants devant ses côtes ainsi qu'un débarquement ravageur. La paroisse, qui dépendait de la puissante abbaye de St-Mathieu, a vu Lochrist et Le Conquet se détacher d'elle à la Révolution. Aujourd'hui, Plougonvelin mise sur le tourisme qui se développe autour de sa belle plage du Trez Hir et de la pointe St-Mathieu.


A Plougonvelin, l'association qui défend votre patrimoine est
"PHASE".
Découvrez son site internet.


Les stèles du Gibet des Moines
Le Jardin lapidaire de Keraudy
L'abbaye de Saint-Mathieu (lien)
La chapelle de Saint-Mathieu (lien)
Le musée "Mémoires 39-45"
La batterie de Toul Logot
L'aire de Bertheaume
Le fort de Bertheaume (lien)
Le phare de St-Mathieu (lien)
Les davieds du littoral
Le jardin du Vaéré
L'armérie maritime
La griffe de sorcière

Ploumoguer



Des vestiges romains témoignent de l'ancienneté de l'occupation humaine sur le territoite de cette grande commune de 39 km2 qui a pourtant été amputée de ses îles et de la presqu'île de Kermorvan au profit du Conquet. Composée de deux paroisses distinctes, puisqu'elle inclut celle de Lamber, cette commune rurale de 1961 habitants est essentiellement tournée vers l'élevage et les productions agricoles. Son littoral de criques et de falaises, son belvédère aménagé sur la plus haute colline du Pays d'Iroise, voient cependant grandir peu à peu un tourisme de randonnées.



Le belvédère de Keramézec
Les murets fleuris de Brenterc'h
La falaise de Brenterc'h
Les davieds du littoral
L'église de Lamber
La chapelle de Locmeven

Plourin



Les deux grands menhirs de Kergadiou montrent que l'homme a occupé ce territoire dès le néolithique. La paroisse aurait été fondée au VIe siècle par Saint Budoc dont le reliquaire de l'église possède trois doigts rapportés périlleusement de Dol par son disciple Saint Ildut. Elle fut l'une des plus étendues du Léon, mais a été amputée de Larret, Lanildut, Porspoder et Landunvez. S'étendant aujourd'hui sur 25 km2, cette commune agricole compte 1253 habitants.

David et Goliath à Kergadiou
Astérix et Obélix à Kerguiabo
Les colonnes de justice
Le cadran solaire de la mairie
Le manoir de Kerenneur

Porspoder


Ainsi qu'en témoigne la liste ci-contre, Porspoder est la capitale des mégalithes du Pays d'Iroise. Mais pas seulement : cette ancienne trève de Plourin devenue paroisse au XVIIe siècle possède un littoral superbe qui a toujours attiré les promeneurs. Le tour de la presqu'île St-Laurent fait partie des plus belles découvertes de la région. La commune allie ainsi les avantages de la campagne et de la mer. Et si elle a perdu, au profit de Lanildut, le port de l'Aber, elle a su entretenir l'originalité de celui de Mazou et bénéficié du rattachement de l'ancienne commune de Larret, deux lieux pleins de charme qui ravissent les touristes. La commune compte 1808 habitants pour 11 km2.


Le grand menhir de Kerhouézel
Les menhirs de la presqu'île St-Laurent
Les deux menhirs de Traonigou
Les mégalithes de Kerivoret-Prat Joulou
Les mégalithes de l'île Melon
Le dolmen de Poulliot
Les menhirs de Mesdoun
Les menhirs et la dalle gravée de St-Denec
La stèle hémisphérique basse du Dreff
La stèle hémisphérique basse de Prat-Paul
La table d'orientation de Gard'Sign
Mazou, le petit port des pieux
La chapelle St-Ourzal
L'église St-Budoc de Porspoder
Les algues de la  mer d'Iroise
La guérite de Melon

Saint-Renan



   Ville principale de tout le territoire de la CCPI, St-Renan fut dès l'époque gallo-romaine un lieu d'exploitation de gisements de cassitérite, le minerai d'étain. Au Ve siècle l'ermite irlandais Ronan y fonda son premier ermitage. Centre médiéval important doté d'une cour de justice, la ville, avec 8026 habitants pour une superficie de 13 km2, est devenue un lieu à la fois historique, commercial et culturel très actif. Autrefois tourné essentiellement vers l'élevage, son marché hebdomadaire du samedi matin attire toujours au pied des maisons médiévales un public considérable. Grâce à sa position centrale en terre d'Iroise, sa proximité de Brest, ses vastes plans d'eau, la ville, en pleine expansion, connaît un dynamisme que beaucoup d'autres lui envient.

A St-Renan, l'association qui défend votre patrimoine est
"MUSEE DU PONANT".
Découvrez son site internet.


Le Musée du Ponant
La maison Cardinal
La maison Gérard
La chapelle des Voleurs
La jussie (lien)
Les oiseaux des lacs de St-Renan

Trébabu


Le nom de cette petite commune voisine du Conquet provient de celui de Saint Tugdual appelé aussi Saint Pabu. Ce moine gallois venu évangéliser le pays armoricain aurait en effet établi là son premier monastère dès le Ve siècle. Tournée vers l'élevage et les productions agricoles, Trébabu qui ne dispose que de 4 km2 développe ses lotissements afin d'augmenter sensiblement sa population qui n'atteignait en 2014 que 342 habitants. Son église, nichée au creux d'un romantique vallon et sa chapelle Notre-Dame du Val dont la principale statue a connu récemment une étonnante pérégrination méritent d'être visitées.


La borne de corvée
La chapelle Notre-Dame du Val
L'église Saint Tugdual

Tréouergat


Cette petite commune de 6 km2, située à bonne distance du littoral, est naturellement rurale. Elle est occupée au moins depuis l'époque gauloise comme en témoignent les stèles qui subsistent encore. Ancienne trève de Plouguin, son nom provient de celui de Saint Gouescat, dit Saint Ergat, patron de la paroisse, auquel est dédiée, dans les bois, une fontaine sacrée. Plusieurs petits manoirs et maisons remarquables témoignent de son importance passée. Pendant la Seconde guerre mondiale, elle a caché un important maquis. Chaque année en mai ses 324 habitants organisent une grande fête du cheval qui attire à Tréouergat les passionnés de hippisme de tout le département.



La stèle gauloise de Penn-ar-Prat
Les stèles de Saint-Ergat
La fontaine Saint-Ergat

EN SAVOIR PLUS :


Ed. FLOHIC 1998. Coffret de 2 tomes
Coll."Le Patrimoine des communes de France".

Un remarquable ouvrage dû à la collaboration bénévole
de plusieurs centaines d'historiens locaux.
On retrouvera intégralement tous les éléments du patrimoine se rapportant au Pays d'Iroise
et décrits dans cet ouvrage sur le site internet
TOPIC TOPOS

Retour à l'accueil

Plan du site