Retour à l'accueil



La ria du Conquet





GPS : 48°21'35.7 N   4°45'05.3" W


Chiens tenus en laisse SVP


Horaires des marées aujourd'hui : cliquez ci-dessous
SHOM


   C'est, en venant de St-Renan ou de Brest, le premier paysage que nous offre Le Conquet : à marée basse, une immense étendue de plantes halophiles, donc qui ne détestent pas l'eau de mer, comme la salicorne, est traversée d'une multitude de petits étiers serpentant entre de compacts massifs végétaux. A marée haute, toute cette flore disparaît sous les eaux qui forment un vaste bras de mer dans l'arrière-port.



Accès :   Le site s'aperçoit juste avant d'arriver au Conquet par l'est ou le nord. Stationner à droite dans l'aire de pique-nique.






    L'endroit est un paradis pour de nombreuses espèces d'oiseaux qui disputent aux goélands leur subsistance dans l'eau, le sable ou la vase. Les aigrettes garzettes s'y sont établies à demeure et perchent dans les pins bordant au nord leur cantine quotidienne. Les tadornes de Belon s'y rencontrent aussi parfois en groupes.
    La ria du Conquet était encore récemment le rendez-vous habituel d'une famille de cygnes tuberculés. Chaque année, les observateurs prenaient plaisir à prendre en photo le couple d'adultes évoluant dans la ria en compagnie de ses petits. En avril 2018, la femelle est morte, attaquée par un chien que son propriétaire n'avait pas jugé bon de tenir en laisse. Depuis ce jour, il est touchant de voir le mâle esseulé attendre tristement le retour de sa compagne...


Le couple de cygnes tuberculés  © photo Gérard Bosch



On aperçoit parfois le cygne tuberculé en compagnie d'un cygne chanteur en cours de migration. Naviguant en bonne entente, ils diffèrent par leur bec
et la longueur de leur queue.
 © photo YL


   Il n'est pas rare non plus de voir se poser dans la ria quelques courlis cendrés au long bec coudé et exceptionnellement une grande spatule blanche affamée par de longues heures de vol.


- Affamée ? Il y a de quoi !
Je rentre d'Afrique à tire d'aile,
et comme vous, je me repose en allant à la pêche


    Le plus souvent, ce sont les petits oiseaux limicoles, tournepierres et bécasseaux, qui font le bonheur des ornithologues amateurs venus les observer.


Tournepierre à collier dans son costume d'hiver.

    Le domaine de la mouette rieuse se trouve tout à côté, sur l'étang de Kerjan dont les eaux sont moins salées.


Les vannes et l'étang de Kerjan


En mars 2016, on a pu apercevoir ce pélican égaré sur l'étang de Kerjan.
En fait il s'était échappé du zoo de Branféré, dans le Morbihan, où il a été poliment raccompagné.
© Photo Gérard Bosch

    Une seconde aire de pique-nique et d'observation de la ria est située 200 m plus loin vers le port. On peut y accéder en voiture et stationner à droite près du lavoir.





   Il est ensuite possible de suivre à pied le bord de la ria jusqu'au port du Conquet par un chemin qui n'est pas praticable partout lorsque la mer est haute. Dans ce cas, au lieu de descendre sur la grève ( ligne pointillée rouge en bas du plan ), revenir sur la route principale et emprunter une étroite venelle à droite menant directement à la passerelle.


Vers une rive mystérieuse. © Photo Béatrice Darmangeat

   La limite entre la ria et l'arrière-port se situe au niveau de cette passerelle du Croaë joignant la ville à la presqu'île de Kermorvan et la plage des Blancs Sablons.



La passerelle du Croaë un jour de grande marée. © Photo Y.L.

  Le long de la passerelle, des panneaux explicatifs concernant la ria elle-même et le principe des marées ont été fixés sur les rambardes.


La passerelle du Croaë et le château de Cosquiès


La ria vue de la passerelle © Photo Patrick Jaubert

   A l'autre extrémité de la passerelle, et si la mer est basse ( voir les horaires des marées dans le haut de cette page ), on peut descendre sur le rivage au pied du château de Cosquiès et poursuivre sur la grève de la ria.


Racines de pins déchaussées par l'érosion de la dune © Photo YL

Si la mer est haute, il faut faire un détour en montant jusqu'à la route, tourner à droite et redescendre par le premier sentier à droite.   On parvient alors au Bois de Pins, niché dans les dunes, et l'on débouche sur la route menant de Ploumoguer au Conquet. Pour rejoindre l'aire de départ, on peut soit traverser le pont et longer la route ( mais celle-ci est très dangereuse pour les piétons car il y a plusieurs virages sans visibilité et pas de bas-côté ), soit remonter le premier chemin à gauche après le pont ( dernière ligne à droite en pointillés rouges sur le plan) et revenir au Conquet le long de la route de St-Renan.

***

QR code de cette page :



Télécharger ce flashcode

***