Retour à l'accueil



L'armérie maritime, le petit œillet du littoral






   On dit souvent en Bretagne que son nom latin, armeria maritima, viendrait du breton ar mor, la mer. Et c'est vrai que cette jolie petite fleur rose qui égaie d'avril à août les sentiers côtiers semble particulièrement bien se plaire sur le littoral. C'est en fait une plante de rocaille d'origine méditerranéenne qui s'est adaptée le long de nos côtes jusqu'en Europe du Nord. Elle ne craint ni le vent violent, ni les embruns salés et adore les emplacements bien drainés et ensoleillés.



   On la trouve aussi bien disséminée sur des sols pierreux, qu'accrochée aux falaises, poussant au bord des dunes, sur les talus ou même sur les murets. La plante est peu exigeante et se contente de sols pauvres.



   Comme on le devine, ce petit œillet du littoral n'est pas un véritable œillet. Il ne doit cette appellation qu'à sa couleur et à la ressemblance de ses petits pétales drus avec ceux de la plante cultivée. L'armérie maritime pousse en touffes serrées desquelles se dégage une tige frêle ne dépassant pas 20 cm et supportant une fleur composée de plusieurs corolles.
Sous son épais tapis de fines feuilles vertes disposées en aiguilles, une grosse racine principale s'enfonce entre les pierres parmi une multitude de radicelles.



   En Bretagne, où elle est encore commune sur le littoral, l'armérie maritime ne figure pas parmi les plantes protégées. Ce n'est pas le cas par exemple dans le nord de la France où sa cueillette est interdite.
  On peut donc recueillir ses graines et la semer ou la replanter dans la rocaille ou sur le mur d'un jardin du bord de mer. Bien exposée au soleil, elle se développera facilement.



  Bien qu'elle ne soit pas protégée, sa ténacité méritoire à pousser dans des conditions difficiles ainsi que la fragilité de ses petites fleurs roses inciteront le promeneur à la respecter.

***


QR code de cette page :



Télécharger ce flashcode

***