Retour à l'accueil



La route touristique de la côte sauvage

( Commune de Landunvez )






GPS du parking de Penfoul :   48°31'56.5 N   4°45'00.3 W






Accès :   Sortir de St-Renan par la route de Ploudalmézeau (D68) et la continuer tout droit jusqu'à Argenton. Face à la mer, tourner à droite sur la D27. Au carrefour de Penfoul situé 1,5 km plus loin, prendre à gauche la D127 fléchée «KERSAINT par la route touristique». Longer alors sur 5 km le littoral magnifique de Landunvez. On peut facilement stationner à de nombreux endroits.


  Cette route touristique n'a pas usurpé son appellation. Alors que peu de personnes emploient son vrai nom de route de Créac'h, chacun, à Brest et dans le Pays d'Iroise connaît son littoral assailli par les vagues, les curieux et les photographes à chaque tempête.
    Le temps plus clément en été rend cette côte tout autant attractive. On peut s'en rendre compte dès le carrefour de Penfoul où un profond aber constitue le rendez-vous quotidien des surfeurs et des adeptes du paddle.





    Complètement dégagée par la mer à marée basse, cette vaste échancrure du rivage permet au randonneur de descendre sur le sable afin de rejoindre la rive opposée.
      Les jours de tempête, le spectacle qu'offrent les lames au pied des ruines de l'ancien sémaphore est saisissant. Il n'est pas rare que la route soit alors arrosée d'embruns.



    Plus loin, la petite chapelle St-Samson constitue pour le promeneur un arrêt obligatoire. Il ne faut pas manquer sa visite ainsi que celle de la fontaine voisine sur le sentier côtier.


Isolée dans un coude de la route touristique, la chapelle St-Samson surveille la mer
au milieu d'un magnifique décor de carte postale.


    A l'horizon se profile la pointe nord de l'île d'Ouessant avec le phare du Stiff. L'Atlantique y fait place à la Manche qui borde le rivage de Landunvez.


A Ouessant, le phare du Stiff et la tour radar
contrôlent la navigation dans l'entrée de la Manche.


  De nombreux écueils émergent des flots, constituant des dangers certains pour les navires, mais aussi des coins de pêche privilégiés pour les ligneurs qui traquent là le bar et le lieu.



  En parvenant au grand parking qui achève cet impressionnant parcours de bord de mer, on aperçoit tout à fait à droite le port de Portsall devant lequel s'était échoué en 1978 le pétrolier Amoco Cadiz. La gigantesque pollution qui s'en est suivie, et qui a mis plusieurs années à disparaître complètement, reste encore dans toutes les mémoires.
On peut descendre par la petite route située à l'extrémité du parking jusqu'à la pointe de Beg ar Galeti d'où la vue sur Portsall est meilleure et où trônent encore deux menhirs ainsi qu'une guérite des gardes-côte.



QR code de cette page :



Télécharger ce flashcode


***