Retour à l'accueilAnglais 



La fontaine Saint-Ergat


( Commune de Tréouergat )





GPS du stationnement : 48°29'06.4 N  4°36'17.1 W




Accès : On peut accéder à la fontaine St-Ergat de plusieurs façons:
- Continuer le chemin qui mène à l'ermitage de St-Hervé ( visite de l'hermitage ).
- Ou prendre sur la D 103 entre Tréouergat et Guipronvel un chemin fléché.
- Ou encore suivre l'itinéraire ci-dessous qui présente un chemin d'accès long d'1 km, non boueux, ainsi qu'un vaste espace de stationnement :
  A partir de la D168, entre Lanrivoaré et Ploudalmézeau, et à 1 km après la sortie de Lanrivoaré, tourner à droite en direction de Tréouergat. Puis encore à droite 1 km plus loin en direction de Milizac. Parcourir 1,8 km et s'arrêter à droite de la route sur un large espace de stationnement. Suivre à pied le chemin creux qui s'ouvre de l'autre côté de la route.



Entrée du chemin creux sur la route de Milizac

    Sur ce chemin, à 400 m de la route, tourner à droite (à gauche le chemin mène à l'ermitage de St Hervé), puis 100 m plus loin prendre le sentier qui descend à gauche. Bordant un paysage magnifique, il vous mènera jusqu'à la fontaine Saint-Ergat située à 500 m dans un bois, auprès d'une table de pique-nique.



On n'aperçoit pas d'emblée la fontaine qui se cache derrière les 3 colonnes. Attention, c'est une source et son pourtour est particulièrement boueux et glissant.

Une ancienne légende : ( lire le texte de l'image ci-dessous )





  Cette pierre représente un écu divisé en deux parties : à gauche un cor de chasse appelé grêlier symbolise la famille des Kerguz, seigneurs de Penquer. A droite, des bandes entrecroisées formant une frette indiquent une alliance avec la famille des Le Roux, seigneurs d'Enez Rouz en Tréouergat. Une couronne de comte surmonte l'écu tandis qu'il est encadré de deux palmes. En langage héraldique, on dit que cet écu blasonne Parti d'argent au grêlier d'azur enguiché et lié de gueules, d'azur fretté d'argent, timbré d'une couronne d'or et bordé de palmes de sinople.


Interprétation et dessin de Michel Mauguin



La fontaine

  Située à mi-pente, la source jaillit naturellement à l'intérieur du bassin par son orifice central et l'eau du trop-plein tombe de la rigole dans le caniveau de pierres. Une dalle permet de poser les récipients afin de les remplir à cette chute sans avoir à les tremper dans le bassin. Le caniveau se déverse ensuite dans un vaste réservoir autrefois bordé de pierres. Louis Le Guennec, dans son ouvrage cité plus bas, précise « L'usage est de vider le bassin et de balayer la fontaine du saint quand on va l'implorer ». Cette mesure d'hygiène montre combien, longtemps déjà avant les découvertes de Pasteur, on se méfiait des miasmes de l'eau croupie. Mais on rencontre aussi ce rite autour d'autres fontaines ou lieux sacrés comme à Porspoder où il fallait balayer le seuil de la chapelle. Symbole de pureté, il s'agit en fait d'une ancienne tradition, analogue, avant le christianisme, à l'obligation faite aux prêtresses de balayer les temples antiques dont elles avaient la charge.
  On remarquera la niche dans laquelle une statuette représente le saint guérisseur des rhumatismes. Pour respecter la tradition c'est à l'aide d'un balai de genêts que le malade devait nettoyer la fontaine.



Les trois colonnes sont des stèles gauloises réemployées ( voir les explications sur ce site ). Une croix celtique gravée INRI ( le titulus crucis «Jésus de Nazareth, roi des Juifs» ) a été érigée sur la stèle centrale. On peut supposer que sur les deux autres stèles figuraient peut-être des représentations des larrons.



***


-1- Voir Louis LE GUENNEC : « Le Finistère monumental, tome II, Brest et sa région ». Ed. Les Amis de Louis Le Guennec, 1981, p.270-271.


Merci à Michel MAUGUIN qui a effectué des recherches héraldiques sur le territoire de la commune de Tréouergat et a bien voulu nous les communiquer pour les mettre à la disposition des internautes.

***


QR code de cette page :



Télécharger ce flashcode