Retour à l'accueilAnglais    Allemand    



Les algues du haut de l'estran









Les horaires des marées aujourd'hui: cliquez sur le lien ci-dessous :

SHOM



   Les premières algues que l'on rencontre en descendant sur l'estran sont capables de résister à la fois à une longue exposition hors de l'eau et à la violence parfois brutale des vagues. Bien accrochées à la roche, elles sont de faible longueur.


   La pelvétie canaliculée ( Pelvetia canaliculata ) peut atteindre une vingtaine de centimètres si elle est un peu abritée. De couleur variant du jaune orangé au brun, elle forme une multitude de petites lanières fourchues autour d'une tige médiane.

   Plus bas, on atteint le domaine du goémon. Mais sous ce terme se cachent plusieurs espèces.


   Avec ses flotteurs pleins d'air bien centrés tout au long de ses lanières, l'ascophylle noueux ( Ascophyllum nodosum ) peut atteindre environ 1,50 m de longueur et vivre une quinzaine d'années. On peut évaluer son âge lorsque l'on sait qu'il produit sur chaque lanière un seul flotteur, ou aérocyste, par an à partir de sa seconde année. Quand ils sont recouverts par la mer, les flotteurs redressent les lanières vers la surface. Cette algue est parfois parasitée à la base de ses flotteurs par une minuscule algue rouge qui ne pousse que sur elle.



   Le fucus spiralé ( Fucus spiralis ), de couleur brune, est aussi une algue courte solidement fixée à la roche. Ses lames épaisses et dichotomes sont traversées par une fine nervure centrale. Elles se vrillent et s'enroulent facilement entre elles.


   En hiver, de petits sacs jaunâtres ( mâles ) ou olivâtres ( femelles ) se développent aux extrémités des lanières. Ce ne sont pas des flotteurs mais des réceptacles qui répandent dans l'eau leurs gamètes reproducteurs.


Très abondant, voici le fucus vésiculeux ( Fucus vesiculosus ) ou raisin de mer, formant d'épais tapis sur les rochers. Ses lames épaisses peuvent atteindre 1 m de longueur.


   Ses petits flotteurs remplis d'air sont très nombreux et leur couleur claire attire le regard.


   On remarque qu'ils sont disposés de part et d'autre de la nervure centrale ainsi que dans l'angle formé lorsque celle-ci se divise. On peut calculer son âge quand on sait qu'une lame produit une vésicule par an à partir de sa troisième année. L'algue peut ainsi atteindre 15 ans. A la fin de l'hiver, comme chez sa cousine spiralée, l'extrémité de ses lames se gonfle de gamètes reproducteurs.
Longtemps utilisée comme engrais dans les champs et les jardins, cette algue conserve l'humidité des huîtres et des fruits de mer dans les caisses ou les étals des poissonniers.
Sur la photo ci-dessus, on aperçoit à droite une algue verte.


Présente ici dès la moitié de l'estran, cette algue affectionne la zone plus profonde.


   Il s'agit d'une ulve ( Ulva lactuca ) ou laitue de mer. Elle aussi vit accrochée à une roche. On peut alors la cueillir et, comme son nom l'indique, fraîche, elle est très comestible. Ses lames très fines, riches en éléments minéraux et en vitamines, peuvent encore se développer lorsqu'elles sont arrachées à leur support. Dans une eau polluée par les nitrates, elle se développe excessivement et forme les désagréables marées vertes qui, en se décomposant sur les plages, deviennent toxiques.

Pour tout savoir sur les algues, ne manquez pas de visiter la Maison de l'Algue sur le port de Lanildut. Entrée libre.
La Maison de l'Algue


***


QR code de cette page :



Télécharger ce flashcode

***