La grotte marine de Portez

Commune du Conquet






GPS : 48°21'24.2 N  4°46'39.3 W



A marée basse seulement.

Les horaires des marées aujourd'hui: cliquez sur le lien ci-dessous.

SHOM


Le Conquet possède plusieurs grottes marines, parmi lesquelles très peu sont accessibles. Celle de Portez exigera au visiteur de conserver son équilibre en traversant à marée basse une petite bande rocheuse, mais elle n'offre pas d'autres difficultés pour y parvenir. Milieu fragile, elle demande simplement à être respectée.

  Accès : Quitter le centre du Conquet en direction de la pointe St-Mathieu et tourner à droite vers la plage de Portez. Stationner là et descendre sur la plage. Longer à droite le bas de la falaise. La grotte est la dernière cavité avant la petite plage du Paradis située au pied de l'hôtel.






  Toutes les roches bordant la plage de Portez montrent une forte déclivité. Le schiste ardoisier a été fortement basculé lors de l'orogénèse hercynienne et les couches se dressent à 45°. Il en résulte qu'au pied de la falaise la mer peut s'infiltrer entre les strates d'ardoise et creuser des cavités. Parmi celles-ci, cette grotte est la plus profonde.



   On est d'abord frappé par les couleurs que la roche présente. Le rouge lie-de-vin provient d'infiltrations ferrugineuses qui coulent le long des parois. Mais il s'étend plus loin et revêt alors une couleur brillante. Ce sont là des algues rouges que le promeneur doit préserver car, venues des profondeurs de l'océan, elles ont trouvé dans la grotte des conditions exceptionnelles d'humidité, de lumière et de température indispensables à leur survie.
Plus bas, c'est le gris bleuté de l'ardoise qui domine. Il est traversé de filons de quartz blanc du plus beau contraste. A l'extérieur, les rochers de la grève ont pendant des siècles servi de carrière pour débiter les dalles d'ardoise qui recouvrent tout autour du Conquet les tombes des cimetières, le sol des églises, les seuils de portes et même les trottoirs.



  L'espace s'élargit au fond de la cavité. Une épaisse couche de sable fin en recouvre le sol et les gouttes du plafond et des parois y creusent en permanence une ribambelle de petites cuvettes.



  L'endroit n'est pas seulement propice aux divagations de l'imagination enfantine. Il l'est aussi aux recherches des biologistes, des géologues et bien sûr à la curiosité du promeneur qui sera captivé par la beauté des parois.
Mais pas touche ! Milieu à respecter et à préserver.



EN SAVOIR PLUS

Sur les actions du Parc Naturel Marin d'Iroise dont le siège est à 200 m de la plage,
voir son site internet.

D'autres curiosités géologiques du Léon :



Martial Caroff et Bernard Le Gall
BRGM éditions et Editions Apogée, 2013.


***

QR code de cette page :


Télécharger ce flashcode

Les roches remarquables

Les grottes marines

Retour à l'accueil

Plan du site