" Place

La stèle de la place du Général de Gaulle


( Commune de Ploudalmézeau )





GPS : 48°32'31.1 N  4°39'40.6 W



Accès :  En entrant dans Ploudalmézeau par la D168, continuer jusqu'à l'église et prendre la direction de Portsall ( rue Henri de Provostic ). Puis à droite la rue Joseph Lusven en direction du Conquet par la côte. Stationner sur la grande place. La stèle se trouve en bordure de la rue Lusven, près de l'angle du collège St-Joseph.



 C'est une belle stèle haute de près de 2 m, l'une des plus hautes du Pays d'Iroise. Comme pour beaucoup d'entre elles, sa forme est un tronc de pyramide dont les pans ont été coupés. On remarquera que ces pans sont particulièrement étroits et érodés. A son pied, la stèle s'élargit montrant le début de son embase.
Les faces Nord et Sud font toutes deux 0,75 m de largeur à la base et 0,37 m au sommet. Les faces Est et Ouest, légèrement plus petites, font 0,60 m et 0,30 m aux mêmes emplacements.
Au bas de la face Sud, vers la rue, on distingue une gravure indiquant que cette stèle gauloise a été christianisée.


Dessin d'Etienne MOREL, 1926.

  Deux lignes obliques sont surmontées d'une autre horizontale. A l'extrémité de celle-ci on reconnaît une croix légèrement pattée aux branches égales faisant penser à celle de la stèle du Cimetière des Saints à Lanrivoaré.


La croix n'apparaît que selon la direction de la lumière

Il est vraisemblable que la gravure de cette croix date de la même époque que celle de Lanrivoaré, c'est-à-dire entre le VIe et le IXe siècle. Elle pourrait donc être contemporaine de l'évangélisation de l'Armorique qui a suivi le débarquement des populations celtes venant des îles Britanniques.
Ce petit monument discret de notre patrimoine constituerait ainsi un témoignage précieux de deux époques importantes de notre histoire, vieilles l'une de 1400 ans et l'autre de 2500 ans environ. Il mérite donc d'être particulièrement respecté.



Le dessin de l'archéologue Etienne MOREL est extrait de "Les stèles de l'âge du fer dans le Léon", de Marie-Yvane DAIRE et Pierre-Roland GIOT, Rennes, 1989.

***

QR code de cette page :


Télécharger ce flashcode